LOGO
l e s   s p e c t a c l e s
c o n t a c t s

Rilke - je n'ai pas de toit qui m'abrite, et il pleut dans mes yeux...

d'après l'oeuvre de Rainer Maria Rilke

poésie/vidéo

durée : 1h

Un jeune homme, seul, errant dans la ville, parle... Heurté par l’agitation du monde, il vibre et dérive dans les méandres de sa solitude qu’il découvre poétique…

Sur scène, s’entremêlent poèmes, extraits des Cahiers de Malte Laurids Brigge, vidéos et musique : un spectacle sensitif où la raison laisse place au lâcher prise et à l’errance dans l’oeuvre de Rainer Maria Rilke...

dossier à télécharger ici

photos à télécharger ici

Avec Jérémie Sonntag Conception et mise en scène Florian Goetz et Jérémie Sonntag Création vidéo Elise Passavant / Tankmutation Création et régie lumières Thierry Alexandre Création et régie son Maxime Vincent Création technique vidéo Emilie Villemagne / 1minute69 Chargée de diffusion Emmanuelle Dandrel Attachés de presse Catherine Guizard et Pascal Zelcer Administration Léa Serror Production les arpenteurs de l'invisible Co-réalisation La Loge, le Lucernaire Soutiens Mairie de Paris, Spedidam, Festival Rilke Aides Arcadi dans le cadre des Plateaux Solidaires, Fondation du Château Mercier, Arcal, Plessis Théâtre Gabriel Monnet, Délégation permanente dela Suisse auprès de l'Unesco, Délégation permanente de la République fédérale d'Allemagne auprès de l'Unesco, Musée Rodin, Mairie de Nancy, Goethe Institut

Un magnifique solo.

TÉLÉRAMA

Très beau à voir comme à entendre.

MARIANNE

Florian Goetz et Jérémie Sonntag font surgir la modernité d'une écriture qui n'en finit pas d'interroger notre humanité.

L'HUMANITÉ

Un spectacle de poésie de chair.

PHILOSOPHIE MAGAZINE

Jérémie Sonntag brille par l'intensité de sa prestation. Le travail réalisé surles vidéos et l’univers sonore est d’une beauté incontestable.

PARISCOPE

Une expérience sensorielle offerte à tout spectateur, initié ou non...De la pulsation pure.

A NOUS PARIS

Jérémie Sonntag interprète avec beaucoup de sensibilité et de talent ce solo poétique.

LA PROVENCE

Le spectateur en apnée se laisser submerger. Une récréation dans l’univers poétique de Rilke, affranchie de tous effets superfétatoires, juste et quasi contemplative.

LE MONDE.FR

Envoûtant, visuellement des plusaboutis, à la bande son sophistiquée, et surtout superbement incarné. Une proposition de qualité, à la foisbelle, exigeante, complexe, forte etaccessible.

FOUS DE THÉÂTRE