Florian goetz  |   jérémie sonntag
Les arpenteurs de l’invisible proposent un théâtre populaire, poétique et politique ; un théâtre de la pensée par la sensation.  

La compagnie les arpenteurs de l’invisible, dirigée par Florian Goetz et Jérémie Sonntag, revendique un théâtre populaire, poétique et politique ; un théâtre de la pensée par la sensation. 

En tandem, ils adaptent et mettent en scène des œuvres non théâtrales classiques ou contemporaines en affirmant une écriture plurielle qui mêle intimement théâtre et vidéo. Leur processus de création commence par une longue période de recherche et d’errance à travers la biographie de l’auteur, l’ensemble de son œuvre, ses sources d’inspirations et les contextes (historique, sociopolitique, philosophique, artistique...) qui ont conditionné la genèse du texte. À cette lente infusion, succède un travail d’écriture qui, tout en préservant la langue de l’auteur, tisse par montage et mise en échos, une trame mêlant texte et écriture visuelle sensitive (influencée par le cinéma expérimental et le mashup). Leurs mises en scène explorent les rapports entre langue et images et agissent comme le révélateur en photographie : elles rendent visibles les images latentes cachées au creux du texte. Les arpenteurs de l’invisible créent ainsi un théâtre sensitif et critique, où le public, par la sensation, est amené à penser notre époque traversée par les ruptures technologiques et la convergence des crises.

La compagnie les arpenteurs de l’invisible a été créé en 2011 sous l’impulsion de Jérémie Sonntag et Florian Goetz, suite à leur rencontre artistique sur la création 39, spectacle créé au CDOI - CDN de la Réunion. Leurs premiers spectacles mettent en scène le désir de liberté et sa réalisation par l’affranchissement. Un affranchissement intime dans Rilke - Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux…, solo poésie/vidéo autour de l’oeuvre de R.M.Rilke (créé à La Loge en 2013) ; une réinvention du réel par l’imaginaire avec Jamais Jamais !, adaptation de Peter Pan et de l’oeuvre de J.M.Barrie (créé en Suisse en 2016) ; et un affranchissement par la pensée, la pratique du doute, dans leur adaptation du roman de science-fiction de R.Bradbury Fahrenheit 451 (création en janvier 2019 à la Ferme de Bel Ebat). 

Les arpenteurs de l’invisible mènent une politique d’Éducation Artistique et Culturelle à l’image de leur théâtre : populaire, poétique et émancipatrice. Ils participent aux missions menées par les différents acteurs du terrain (Éducation Nationale, Aide Sociale à l’Enfance, Hôpital) et font circuler les savoirs sous différentes formes : formations des enseignants, enseignements spécialisés (élèves primo-arrivants, patients psychotiques, lutte contre le décrochage), sensibilisations mêlant théâtre, musique et arts numériques (enfants, adolescents, personnes âgées). 

adaptateur - auteur

comédien - metteur en scène

Florian goetz

Comédien et metteur en scène formé à l’Ecole Claude Mathieu, puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, il travaille, sous la direction de P. Adrien, D. Valadié, J. Lassalle, G. Aperghis. Il travaille ensuite autour de l’écriture contemporaine, en collaboration avec J.Lacoste (Comment cela est-il arrivé ? - Nouvelle révélation sur le jeune homme, Ménagerie de Verre) et F.Sonntag (Disparu(e)(s), Festival Friction - CDN Dijon-Bourgogne). Au Théâtre National de la Colline, il joue dans La Princesse Maleine (m.e.s Y. Beaunesne). Avec A. Meunier, il joue dans Pylade de P.P. Pasolini (M.C.A, Théâtre Paris Villette) et dans Le retour d’Iphigénie de Y. Ritsos à La Maison de la Poésie. Il joue avec J. Timmerman dans Words are watching you (Confluences) et sous la direction de C. Davin dans Ceux qui tombent (lauréat du CNT) et de F. Sonntag dans La Conférence George Kaplan. Son premier texte et première mise en scène, 39, se produit au CDN de l’Océan Indien. Il aborde les séquelles de l’esclavagisme en mixant code noir, traditions orales, chant de libération et théâtre. Sa deuxième mise en scène, Baramin, explore les traditions orales de l’Océan Indien et va à la rencontre de tous les publics avec un spectacle tout terrain. Il est lauréat d’une bourse d’écriture pour sa dernière pièce Oméga Run System. A Paris, il met en scène avec Jérémie Sonntag L’Oiseau Bleu de M.Maeterlinck en 2010, Rilke - Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux... en 2013, Jamais jamais ! en 2016 et Fahrenheit 451 en 2019. Il est professeur à l'Ecole Claude Mathieu, intervenant auprès des élèves en difficulté et formateur pour les enseignants de l'Education Nationale. Depuis trois ans, il mène en collaboration avec le foyer psychiatrique Réné Capitant un atelier avec de jeunes patients psychotiques autour de la figure d'Antigone.

adaptateur - auteur

comédien - metteur en scène

Jérémie Sonntag

Comédien et metteur en scène formé à l’École Claude Mathieu, il commence avec la cie Air de Lune, dans Un violon sur le toit et dans Yerma de F. Garcia Lorca, sous la direction de Jean Bellorini puis dans L’Opérette de V. Novarina (Jean Bellorini et Marie Ballet) (Théâtre de la Cité Internationale, TNT, CDN Dijon-Bourgogne…). Avec la cie AsaNisiMasa et Frédéric Sonntag, il travaille dans Toby ou le saut du chien (Mains d’oeuvres, Festival Impatiences / Théâtre de l’Odéon), Atomic Alert (La Ferme du Buisson, tournée CCAS...), Sous contrôle (Scène Nationale Alençon, Ferme du Buisson, CDN Dijon-Bourgogne, CND Nancy...), Beautiful Losers (La Ferme du Buisson, Forum du Blanc-Mesnil...), George Kaplan et Benjamin Walter (Ferme du Buisson, Théâtre de la Cité Internationale, CDN Dijon-Bourgogne, CDN Nancy...). Avec la compagnie La Tête Ailleurs, il travaille en prison, en rue et dans les collèges et lycées (Bérénice, Chronique(s), Projet P). Également chanteur et musicien (piano, bandonéon, scie musicale) il participe à des spectacles musicaux (Adèle a ses raisons de J. Hadjaje), à un concert, Rester parmi les vivants (F. Sonntag et P. Levis) et à un opéra, Cyrano et Roxane (J-C Carrière / P.Jourdan / D.Freeman) à l’Opéra National d’Athènes. Il met en scène avec Florian Goetz 39 au CDN de l’Océan Indien en 2007, L’Oiseau Bleu de M. Maeterlinck en 2010, Rilke - Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux... en 2013, Jamais jamais ! en 2016 et Fahrenheit 451 en 2019.

Équipe

Les arpenteurs de l'invisible travaillent avec des collaborateurs artistiques fidèles, Thierry Alexandre (créateur et régisseur lumières), Demis Boussu (constructeur décors), Paul Cabel (régisseur son/vidéo), Alice Duchange (scénographe), Pierre-Julien Fieux (illustrateur, animateur, réalisateur), Viviane Gay (comédienne et adaptatrice), Juliette Gaudel (créatrice costumes), Florian Huet (régisseur lumières), Romain Lalire (magicien et créateur d'illusions), Paul Levis (musicien, compositeur), Elise Passavant (vidéaste), Agnès Patron (réalisatrice, animatrice, illustratrice), Emilie Villemagne (créatrice et régisseuse vidéo), Maxime Vincent (créateur son et régisseur son/vidéo), Séverine Saby (graphiste), ainsi qu'avec les comédiens, Quentin Maya Boyé, Jessica Buresi, Philippe Canales, Alain Carbonnel, Cécile Coustillac, Clotilde Daniault, Julien Goetz, Peggy Martineau, Clémentine Ménard, Lisa Sans.

Virginie Hammel et Aurore Parnalland du Petit bureau accompagnent la compagnie en administration et Emmanuelle Dandrel en diffusion.